Idées cadeaux pour petits et grands

À la librairie Ombres blanches nous préparons cette fin d’année avec effervescence: commandes spéciales, tables de sélections, dossiers thématiques, décoration des vitrines… Pour vous aider à choisir parmi les livres que l’on a parfois tous envie d’offrir, nous avons fait le tour de tous les rayons, et avons glanés ici et là les meilleurs idées de vos libraires. Une présentation succincte mais qui attisera peut être votre curiosité !

De la naissance à l’âge de raison quand les histoires sont belles elles se lisent et se relisent presque à tous les âges… Au fond du lit, à la maison, chez papy mamie ou chez tante Sylvie, il y a des livres qu’on aimera toujours lire et se faire lire. Ceux là on s’en souviendra toute notre vie ! Bienvenus dans cette sélection rien que pour les petits (et les grands!)

Lire la suite

Lettre à Laurent Mauvignier

Continuer aux éditions de Minuit

kirghizistan_02

Cher Laurent,

A fréquenter depuis bientôt quarante ans les écrivains, je perçois l’inquiétude qui est la leur des premiers lecteurs, puis de l’accueil des « critiques », des libraires, et enfin du public. Dans ce monde englué dans la communication, pas de règles, hormis celle qui consiste à surprendre, à accélérer, à faire fi des fidélités, ce qu’on appelle oubli sans doute. Tout le contraire de ce que vous, comme d’autres écrivains, nous donnez à méditer, la dimension de plusieurs temps produits dans les heures auxquelles nous attache la lecture d’un roman : temps de la narration, temps de l’action, temps des personnages, temps historique, temps géographique, temps géologique même (c’est le cas dans Continuer). Je prends ici le risque d’un autre temps et d’une autre matière, ce que la mémoire de votre livre a déposé comme souvenirs, comme traces, images, pensées, émotions.

Lire la suite

Céline Minard : Le grand jeu

Nous étions restés sur le souvenir de ce roman au titre rugueux, Faillir être flingué, publié en 2013 (et légitime Prix du Livre Inter en 2014), un souvenir fait de lumière, de poussière et de poudre, de personnages « improbables » de western, dans une ville impossible, une utopie de mineurs et de pionniers, propulsée dans une nature désertique hostile, portée à blanc par un soleil obsédant. Le dessin des traces, roues, pieds, sabots, faisait au récit une place inaugurale, abstraite, labyrinthique.

7f06a72998c6ccd177ddcc74c46880d3

Lire la suite

LES AMÉRIQUES : LES GRANDS ESPACES

800x520-USA-EDCP-A-H-R« A propos du roman américain : il vise à l’universel. Comme le classicisme. Mais alors que le classicisme vise un universel éternel, la littérature contemporaine, du fait des circonstances (interpénétration des frontières) vise à un universel historique. Ce n’est pas l’homme de tous les temps, c’est l’homme de tous les espaces. »

Ces phrases d’Albert Camus (tirées de ses Carnets) datent de 1943 et semblent toujours aussi actuelles, tant il semble encore vrai que le roman américain est – pour une grande part – une affaire d’espace littéraire. Parmi les motifs récurrents du roman américain, il y a bien sûr le fameux mythe de la frontière, et puis l’immensité d’un territoire et d’une nature dominants par bien des égards.

La littérature qu’on appelle «des grands espaces » de Wallace Stegner à Jim Harrison est une littérature qui sait aussi se souvenir de ce sel de la terre qu’on été les indiens des plaines. Ils nous donnent à lire des œuvres empreintes de ce que Jack London nommait « the call of the wild » : l’appel sauvage.

 


vannSukkwan Island
David Vann, Gallmeister, 2011

Une île sauvage du sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées.

C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. Mais la rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Couronné par le prix Médicis étranger en 2010, Sukkwan Island est un livre inoubliable qui nous entraîne au cœur des ténèbres de l’âme humaine.

Traduit de l’anglais par Laura Derajinski

ÉCOUTER LA LECTURE DE NATHALIE VINOT

Lire la suite

Cabinet de curiosités (géologiques) 7 : Les montagnes de l’Hornocal (Argentine)

Déclarée Patrimoine naturel et culturel par l’UNESCO en 2003, la Quebrada de Humahuaca, canyon d’origine à la fois tectonique et fluvial, est une vallée de montagnes d’environ 155 km de long et bordée par l’Altiplano. Sculptée depuis des millions d’années par l’érosion du Rio Grande, elle présente des formations géologiques superbes.

jujuy

Situées à 25 km de la ville de Humahuaca dans la Province Argentine de Jujuy, les montagnes multicolores de l’Hornocal sont une curiosité géologique en plein cœur de la Quebrada de Humahuaca. Lire la suite

« Le sentier de la gloire » de Jeffrey Archer

Roman absolument passionnant inspiré de la vie du célèbre alpiniste Georges Leigh Mallory dont le rêve était de gravir l’Everest.

Le 8 juin 1924, à quelques mètres du Mont Everest, Georges Leigh Mallory et son compagnon de cordée Andrew Irvine, sont aperçus vivants pour la dernière fois. Soixante-quinze ans plus tard, le 01 mai 1999, une expédition américaine découvre sur la face Nord le corps exceptionnellement conservé de Mallory. Cette découverte soulève alors beaucoup de questions sans réponses. Ont-ils trouvé la mort en allant au sommet ou bien sur le chemin du retour? Mallory a-t-il pu réaliser son rêve d’être le premier à fouler la neige glacée de ce sommet ? Lire la suite

Une année en haut : chroniques d’un refuge ordinaire – Cyril Azouvi

Il y a des lieux, comme les gens, on sait qu’ils ont une âme.

Situé dans les Pyrénées, le Refuge des Oulettes possède un co-locataire pas comme les autres : le Vignemale.

Point culminant des Pyrénées françaises, certains bravent la frontière espagnole pour venir le voir, d’autres tombent nez à nez sur lui au détour d’une balade, d’autres ignorent jusqu’à son existence.

Refuge des Oulettes, bonjour….

-Bonjour, je voudrais réserver pour trois personnes. Il y a des douches ?

– Ah ! Non madame, juste des lavabos. Ce n’est pas un hôtel ici.

– Pas de douches ? Mais alors, pour se laver, on fait comment ?

– Madame, vous venez pour vous laver ou pour voir le Vignemale ?

-Le Vignemale ? C’est quoi ? ”

Lire la suite