Crus ou cuits ? Cuisine et usages du feu.

CRUS OU CUITS ? Cuisine et usages du feu

Marcel Mauss a mis en exergue l’importance de la cuisine et de la préparation des repas comme lien social dans toute société ; cette affirmation vaut aussi pour les premières d’entre-elles, dès la préhistoire. En effet, Claude Lévi-Strauss affirme que « l’Homme culturel » (et par extension, « moderne ») naît avec la cuisson des aliments ; la consommation de produits crus le ramenant à un état «naturel» avilissant.

 

Mythologiques tome 1. Le cru et le cuit, de Claude Lévi-Strauss, éditions Plon

Continuer la lecture

Les musées en visites nocturnes

Impossible, pour le moment, d’arpenter les allées de vos musées préférés, mais rien ne vous empêche d’y entrer par le biais de la littérature.

8 auteurs, 8 destinations, 8 nuits blanches dans les musées, grâce à la collection des éditions Stock, « Ma nuit au musée ».

 

Leïla Slimani : « Le parfum des fleurs la nuit »

L’auteure a passé la nuit Venise, dans les collections d’art de la Fondation Pinault, et elle y parle de l’enfermement, du mouvement, du voyage, de l’intimité, de l’identité, de l’entre-deux, entre Orient et Occident…

Continuer la lecture

« Et avec lui, toute la beauté du monde »

Michel Le Bris était un homme de passion et un formidable passeur.
Romancier éditeur, directeur de collections, on lui doit entre autre d’avoir contribué à donner en France ses lettres de noblesse à des romanciers comme Stevenson, Mark Twain ou encore Jack London.

Continuer la lecture

FAUTEUIL N°12

Essais, chroniques, récits, fictions… Ombres Blanches a toujours eu à cœur de suivre le travail de création de Chantal Thomas.

Spécialiste du XVIIIe siècle, de Casanova et de Sade, elle est également l’auteure de récits plus personnels, comme La vie réelle des petites filles et East Village blues, et de romans, comme Les adieux à la reine, qui lui a valu le Prix Femina 2002 et a été adapté au cinéma par Benoît Jacquot, ou encore L’Échange des princesses, lui aussi adapté au cinéma (par Marc Dugain).

Chantal Thomas par Hermance Triay

Continuer la lecture

Les Lamelles d’or orphiques

Les Lamelles d’or orphiques. Instructions pour le voyage d’outre-tombe des initiés grecs de Giovanni Pugliese Carratelli, éditions les Belles Lettres. Traduit par Alain Philippe Segonds et Concetta Luna.

Un ouvrage découvrir dans le rayon Histoire, et sur notre librairie en ligne, en un clic 🖱 → https://is.gd/SnOMWJ

Continuer la lecture

Quarante ans d’édition en France. Épisode 4. Artistes et modèles

En 2019, le Banquet du livre de Lagrasse célébrait les quarante ans des éditions Verdier. En 1979, le monde du livre et de sa distribution était alors bien différent de ce que nous connaissons aujourd’hui. En douze épisodes publiés progressivement sur le blog, Christian Thorel revient pour nous sur ces quarante années qui ont vu le paysage éditorial et le monde de la librairie se bouleverser.

 

On se souvient que nous avons laissé hier ce récit en suspens avec le terme d’« engagement ». En France, le mot est objet de débats, d’études, de « disputes ». Depuis Voltaire jusqu’à Sartre et à Camus, en passant par Hugo et Zola, puis Gide, Barbusse et Malraux, le concours des intellectuels, des poètes, des écrivains, des artistes, à la vie sociale et politique, ne cesse de se discuter. Avant l’avènement des guerres coloniales, les temps ont été aux révolutions ou aux dictatures, aux conflits (Russie, Espagne, Allemagne, Italie). La dernière guerre aura imposé à chacun d’ouvrir les yeux, parfois à des choix personnels, résistance ou soumission. L’horreur nazie, les camps d’extermination, les massacres, le nombre sans fin des morts sur deux continents, la collaboration, la Résistance justement, puis l’espoir pour demain, sont autant de faits qui viennent assigner chacun à sa responsabilité. L’intellectuel qui ne peut donner que ce qu’il a, apporte ce qui l’engage le plus, ce auquel il tient par dessus tout : sa réputation, sa signature et son nom qui engagent sa pensée. Il dispose de sa liberté, et ne le fait jamais sans hésitation ni scrupules (René Rémond, 1959). Pour autant, dès la guerre finie, le débat politique est véritablement engagé. Les revues nouvelles sont les lieux indiqués de cette expression, et le resteront longtemps. Dans Les Temps modernes, Sartre et Merleau-Ponty, en accord avant la rupture, vont s’opposer sur la sortie du capitalisme, des projets et des moyens. L’humanisme des sociétés capitalistes, si réel et si précieux qu’il puisse être pour ceux qui en bénéficient, ne descend pas du citoyen jusqu’à l’homme, ne supprime ni le chômage, ni la guerre, ni l’exploitation coloniale, et, par là même, il est le privilège de quelques-uns et non le bien de tous. (Maurice Merleau-Ponty, Humanisme et terreur, 1947). Si les principes d’égalité et de justice sociale sont ainsi au cœur des discussions dans ce temps des communismes espérés et des « socialismes réels », des ambigüités dans les choix, les débats autour des enjeux politiques engagent la liberté comme une valeur essentielle.

Continuer la lecture

Une fleur éclot et le monde se lève

Depuis plus de quinze ans, Yoko Orimo et les éditions Sully ont entrepris ce travail colossal et merveilleux de traduire et publier la grande œuvre de maître Dôgen (1200-1253), le fondateur de l’école de bouddhisme zen Sôtô au Japon, le Shôbôgenzô, La vraie Loi, Trésor de l’Oeil.

Après la publication d’un volume d’introduction générale et de huit tomes regroupant l’intégralité des textes qui le composent répartis thématiquement, c’est désormais le Shôbôgenzô en entier, en un seul volume, selon l’ordre de Dôgen, qui poursuit et couronne ce travail remarquable. En effet, si le Shôbôgenzô intéressera assurément les amateurs de culture japonaise et de bouddhisme, ses vues, sa poésie, sa stature, en font aussi une œuvre apte à toucher tout le monde. L’abord en est certes parfois difficile pour nous, lecteurs occidentaux. L’imaginaire bouddhiste, chinois et japonais, les références présentes à chaque page nous dépaysent totalement. Pour autant, des visions, des tournures de langue, des audaces, des fulgurances, un cœur, un génie nous touchent et nous appellent.

Dōgen regardant la lune. Monastère de Hōkyōji, Japon, préfecture de Fukui. Domaine public.

Continuer la lecture

Pour rencontrer Sarraute, et relire son travail

Nathalie Sarraute (1900-1999) réfutait l’idée de biographie, qui risquerait d’imposer une grille de lecture de son œuvre. Elle craignait qu’on ne passe à côté de la vie intérieure qu’elle s’est attachée – c’est le sens même de son écriture – à mettre au jour. Elle ne souhaitait pas non plus que les éléments extérieurs de sa biographie (femme, juive, russe) ne la marginalisent d’une quelconque façon. Et puis, disait-elle, l’être humain est si complexe, si changeant, il n’y a pas d’image d’ensemble.
Autant dire que pour Ann Jefferson, écrire ce livre était un défi, voire une gageure…

Nathalie Sarraute, © Éditions de Minuit.

Continuer la lecture

Habiter les mondes francophones : Haïti

Alain Mabanckou il y a trois ans ouvrait au Collège de France la porte aux littératures noires dans le cadre de la chaire de « création artistique ». Un nouveau pas, décisif à mon sens, vient d’être fait puisque débute cette année un nouveau cursus de littérature intitulé « mondes francophones ».

La très bonne idée aura été de confier à la romancière haïtienne Yanick Lahens dont l’œuvre puissante et élégante est un des fleurons de la littérature haïtienne contemporaine la première année de cours.

La romancière haïtienne Yanick Lahens

Continuer la lecture

L’agenda Pléiade 2019 est arrivé !

Depuis le 18 octobre, Ombres blanches est heureux de vous offrir l’Agenda Pléiade 2019 pour l’achat de deux volumes de la collection !

Cette nouvelle édition de l’agenda rassemble des dessins de Serge Bloch.

Pour rappel, la collection La pléiade s’est enrichie récemment de quatre nouveautés :

Les romans, récits, nouvelles de Kafka dans une nouvelle traduction.

Les Lais du moyen-âge.

Oeuvres II de Jean d’Ormesson.

Le coffret La Bible.

L’agenda pléiade 2019