30 ans des Éditions de l’Olivier – Jean-Hubert Gailliot & Richard Ford

Cette proposition bibliographique a été réalisée par les libraires du rayon littérature de la librairie Ombres Blanches, à l’occasion des 30 ans des éditions de l’Olivier. 

Continuer la lecture

30 ans des Éditions de l’Olivier – La littérature américaine

La littérature anglo-saxonne occupe une place prépondérante dans le catalogue de l’Olivier. Enrichi au fil des années d’auteurs très différents, voici un florilège de grandes voix et de romans coup de cœur.

Cette proposition bibliographique a été réalisée par les libraires du rayon littérature de la librairie Ombres Blanches, à l’occasion des 30 ans des éditions de l’Olivier. 

Continuer la lecture

30 ans des Éditions de l’Olivier – Domaine Slave

Si la littérature anglo-saxonne domine le catalogue de l’Olivier, il faut aussi noter la place donnée à des voix issues de l’est de l’Europe. Le domaine slave s’est enrichi au fil des années d’auteurs aux univers très différents venus de République tchèque, de Pologne, ou encore de Russie.

Cette proposition bibliographique a été réalisée par les libraires du rayon littérature de la librairie Ombres Blanches, à l’occasion des 30 ans des éditions de l’Olivier. 

Continuer la lecture

30 ans des Éditions de l’Olivier – Domaine Anglais

 

Dès les premières années, la littérature anglaise au catalogue de l’Olivier est marquée du sceau de l’originalité et de la différence au travers de romanciers singuliers et inclassables.

Cette proposition bibliographique a été réalisée par les libraires du rayon littérature de la librairie Ombres Blanches, à l’occasion des 30 ans des éditions de l’Olivier. 

Continuer la lecture

30 ans des Éditions de l’Olivier – Aharon Appelfeld

« Je me souviendrai, lorsqu’il le faudra, que nous sommes des êtres éphémères. »

Témoin capital du XXe siècle, romancier d’une force incomparable, Aharon Appelfeld fut la mémoire d’un monde perdu, celui des juifs d’Europe, mais aussi la voix d’un renouveau.

Cette proposition bibliographique a été réalisée par les libraires du rayon littérature de la librairie Ombres Blanches, à l’occasion des 30 ans des éditions de l’Olivier. 

 

Continuer la lecture

30 ans d’édition vu par Ombres Blanches !

Le fonds des éditions de l’Olivier est riche de près de 900 titres dans lequel la
littérature tient la première place. Depuis trente ans Olivier Cohen et son équipe élaborent un catalogue cosmopolite, au sein duquel de grandes voix françaises
comme Jean-Paul Dubois, Geneviève Brisac, Agnès Desarthe côtoient des géants
nord-américains : Raymond Carver, Cormac McCarthy, Jonathan Franzen ou encore Richard Ford. Toutes les générations se retrouvent sous les branches de cet olivier trentenaire, car accueillir des écrivains c’est aussi abriter des œuvres, et cela se
construit sur le temps long.

Continuer la lecture

Les éditions de l’Olivier fêtent leurs trente ans !

La maison d’édition, créée par Olivier Cohen, fête ses 30 ans.

Tout commence à Paris au tout début des années 1990 avec un premier titre : Une saison ardente de Richard Ford. Deux ans plus, le succès de Trente ans et des poussières met L’Olivier sur le devant de la scène littéraire.

Continuer la lecture

Ben Lerner, 10 : 04, Éditions de l’Olivier

retour-vers-le-futur

Ce roman, 10:04, ne serait qu’une fiction si l’auteur, Ben Lerner, ne ressemblait pas de très prés à son personnage. Ce livre met en scène un certain Ben, vivant à Brooklyn, qui a écrit un premier roman remarqué et qui s’inquiète de l’écriture du second. Précisons tout de suite que ce roman trouve son origine dans une nouvelle que notre personnage-narrateur a publié dans le New Yorker. De l’autofiction (l’auteur absorbé par son roman) à un roman purement fictif (à priori cette nouvelle est une fiction), Ben Lerner mène un jeu serré entre écriture du réel et illusion romanesque. Le narrateur nous raconte de multiples histoires mais derrière ces aventures se cache l’interrogation, et même l’angoisse, de l’écrivain contemporain d’appréhender le réel avec un regard neuf. En effet, la progression de ce roman se détourne et se fractionne en récits successifs, réels ou fictifs en faisant référence (surtout dans les 30 premières pages) au film Retour vers le futur (10:04 est l’heure à laquelle la foudre frappe l’horloge du tribunal qui permet à Marty de rentrer en 1985). Continuer la lecture