Cabinet de curiosités 16 (géologiques) : le lac Balkhach – Kazakhstan

Direction l’Asie Centrale et plus précisément le Kazakhstan.

Une sorte de croissant bleu ciel se dessine à droite sur la carte ci-dessous : vous êtes en face du Lac Balkhach. Cette étendue d’eau est la plus grande du Kazakhstan et la deuxième d’Asie Centrale après la Mer Caspienne. Elle s’étend sur 614 km de longueur mais n’a une profondeur maximale que de 26m.

lac balkach

Ce lac a une petite particularité. Il s’agit du seul lac au monde à avoir des « eaux différentes » . Un détroit le sépare en deux parties distinctes : la partie orientale en eau salée et la partie occidentale en eau douce.

Lake_Balkhash_May_2007_1

Lac Balkhach (image provenant d‘ici)

Kazakhstan – éditions petit futé9782746959439, 0-1433173

LE DÉPAYSEMENT

Depuis ses origines, la littérature se présente en grande partie comme un moment d’exploration de mondes inconnus. Pensons à Ulysse, aux voyages de Gulliver de Swift ou encore à Cervantes ou Stevenson. Tous ces personnages, ces héros qui se retrouvent confrontés au dépaysement, contraint au dépassement de soi sont des guides pour le lecteur. La littérature se nourrit de ces errements, de ces nouvelles routes, de ces éblouissement des rivages neufs, bref de ce grand ailleurs. 

Baudelaire résume très bien ce que l’on est en droit d’attendre d’une telle littérature dans son poème Le voyage :

« Étonnants voyageurs ! quelles nobles histoires

Nous lisons dans vos yeux profonds comme des mers !

Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires

Ces bijoux merveilleux, faits d’astres et d’éthers.

Nous voulons voyager sans vapeur et sans voile !

Faites, pour égayer l’ennui de nos prisons,

Passer sur nos esprits, tendus comme une toile,

Vos souvenirs avec leurs cadres d’horizons. »

 

 

Ces lectures sont autant d’invitations à la découverte de ces paysages du monde… Le roman d’aventure est une des portes ouvrant la voie vers ces mondes inconnus.


 L’ancêtre
Juan José Saer, Le Tripode, 2014

L’Ancêtre est un roman inspiré d’une histoire réelle. En 1515, trois navires quittent l’Espagne en direction du Rio de la Plata, vaste estuaire à la conjonction des fleuves Paraná et Uruguay. À peine débarqués à terre, le capitaine et les quelques hommes qui l’accompagnent sont massacrés par des Indiens. Seul un mousse en réchappe. Fait prisonnier, il n’est rendu à son monde que dix ans plus tard, à l’occasion du passage d’une autre expédition. De ce fait historique, Juan José Saer tire une fable d’une écriture éblouissante.

Traduit de l’espagnol (Argentine) par Laure Bataillon.

ÉCOUTER LA LECTURE DE NATHALIE VINOT

Lire la suite