Exposition Jules Stromboni

Exposition au café coté cour des planches dessinées du roman graphique «Mazzeru» de Jules Stromboni du 5 au 27 mai

Don ou malédiction, en Corse, le mazzeru est un membre de la communauté présenté comme le messager de la mort. Jules Stromboni brosse, à partir cette figure sociale et ancestrale, un conte tragique sur le passage d’un monde à un autre. Il excelle, dans un travail de gravure énergique et brut, à imprimer au récit toutes ses zones d’ombres, tous ses jaillissements de lumière.

Lire la suite

Lettre à Armand Gatti

Lettre à Armand Gatti, au nom de la conscience.

Par Claude Faber

Tu es parti alors que certains s’entre-déchirent pour prendre le pouvoir. Dante Sauveur Gatti,  dit Armand, tu n’avais que faire des batailles électorales. Comme tu aimais à le répéter, « ce n’est pas la prise de pouvoir qui importe, c’est la prise de conscience. »

La prise de conscience de soi par les mots, par le langage. La prise de conscience de soi et des autres comme autant de particules virevoltant dans l’infini. La prise de conscience du monde par une vraie connaissance et reconnaissance des flux de son histoire. Par le rejet de tout ce qui avilit, de tout ce qui abaisse, de tout ce qui enferme l’homme dans les certitudes et les vérités étouffantes. Lire la suite

Hommage à Armand Gatti

Hommage à Armand Gatti (1924 – 2017)

par Christian Thorel

La main gauche soutenant une pile de livres d’art, composée de plusieurs volumes dans l’Univers des formes, l’homme fait un séjour de quelques minutes devant le rayon de littératures d’extrême-orient, la main-droite se saisissant des traductions du chinois. Depuis l’accueil dans l’entrée de la librairie, je l’observe de biais, il séjourne à une dizaine de mètres de moi, de l’autre côté, à l’entrée du minuscule couloir qui mène aux autres rayons de la librairie. Un pull à col roulé, noir, un pantalon de velours côtelé, noir aussi, semblent indiquer une certaine insouciance du vêtement, sans négligence toutefois.

Lire la suite

« L’Histoire à venir »

Un nouveau festival de l’histoire à Toulouse                         du jeudi 18 au dimanche 21 mai 2017

60 invité.es, chercheurs, écrivains, artistes,

65 rencontres, 15 lieux dans toute la ville

http://lhistoireavenir.eu/

L’histoire à venir est un nouveau festival de l’histoire, créé à l’initiative de la librairie Ombres Blanches, du Théâtre Garonne, des équipes de recherche de l’Université Toulouse-Jean Jaurès et des éditions Anacharsis, et en partenariat avec des acteurs du territoire (librairies, associations, institutions, bibliothèques, collectivités).

Appelée à devenir pérenne, la manifestation tiendra sa première édition du 18 au 21 mai 2017, et proposera quatre journées et soirées de débats, dialogues, expérimentations autour de l’histoire.

Lire la suite

Carte de vœux 2017

A l’occasion de la nouvelle année, la librairie Ombres Blanches vous offre Lacunaire, une nouvelle de Michel Jullien, extraite du recueil Au bout des comédies, publié en 2011 par les éditions Verdier. Nous sommes heureux de vous offrir cette lecture, en guise de carte de vœux pour l’année 2017, avec tous les espoirs que la littérature permet.

Cliquez sur la couverture pour télécharger le livret gratuitement:

Lire la suite

Nos conseils de Noël: Curiosités

Nos conseils de Noël: Curiosités

Voici une sélection de livres que nous sommes allés dénicher pour vous dans les rayons d’Ombres Blanches. Loin de la nouveauté, des prix, de l’actualité, de l’attendu, nous avons demandé aux libraires un livre qui vous surprendrait. Décalé, insolite, à la marge, en un mot un livre un peu curieux qui vous amènera là ou vous ne vous y attendiez pas. A offrir ou à se faire offrir. Pour se décaler. Faire plaisir avec un peu d’originalité.

img_2219

Les livres présentés ici sont également disponibles sur ; www.ombres-blanches.fr

Lire la suite

Bientôt la rentrée littéraire… Ces quelques Achab

En 2007, le réalisateur Philippe Ramos sortait un film rare et poétique, Capitaine Achab, où il réinventait l’histoire du capitaine du Pequod imaginé par Herman Melville avec Dominique Blanc dans le rôle de l’épouse d’Achab, Denis Lavant en Achab tel qu’en lui-même, Jacques Bonnaffé en Starbuck, Jean-Francois Stévenin en père d’Achab. Librement inspiré de Moby Dick, le film de Ramos construit une biographie fictive du célèbre capitaine baleinier (habité par la folie de Moby Dick), de l’enfance à l’assaut final. Les décors naturels sont beaux. Les paysages français, de la vallée de l’Ubaye (c’est sûr) et peut-être de la Creuse (je n’en suis pas sûr) et les paysages suédois se transforment en espaces nord-américains transcendants et mythiques, sans aucun doute égaux à ceux de la Nouvelle Angleterre de Nathanaël Hawthorne. Ces géographies croisées créent une très belle poésie de l’enfance d’Achab, assez rimbaldienne. C’est un film de peintre car Ramos filme comme un peintre et c’est aussi un film assez expérimental qui pourrait satisfaire ceux qui aiment les tentatives d’essais. Et des essais cinématographiques de Ramos aux Essais fragiles d’aplomb de Pierres Senges (Collection Minimales, Éditions Verticales), la transition, très bancale, est faite. Lire la suite

Le numérique peut-il sauver la culture de l’écrit ?

C’est le titre qui a été donné par l’organisation de la manifestation Futurapolis (Le Point) à l’un de ses derniers ateliers, le jour même (samedi 13 avril) où la plus ancienne enseigne de la ville, la librairie Privat, a annoncé sa probable fermeture !

Futurapolis a choisi pour thème la ville de demain. A cet effet, la manifestation aura concentré ses très nombreux intervenants entre l’aéroport, la gare et le centre de congrès. Les congrès sont toujours l’occasion de retrouver l’atmosphère de Playtime, le film prophétique de Jacques Tati ; l’hygiénisme qui y est exhibé, à travers le regard sur une modernité technologique naissante, trouve souvent dans ces manifestations, entre le verre et l’acier, son écho le plus vif. L’image de la ville est enfin débarrassé de son désordre, de ses miasmes, des strates de sa mémoire. Armé de son badge de congressiste, on peut ainsi ne pas pénétrer dans la jungle urbaine, si dangereuse, si « matérielle ». Lire la suite

La hausse de la TVA menace le livre et la librairie

Communiqué du Syndicat de la Librairie Française sur la hausse de la TVA pour le livre  :

« Le gouvernement a annoncé un relèvement à 7% du taux réduit de TVA, y compris sur le livre. Le taux réduit de TVA applicable à ce bien devrait donc passer, à compter du 1er janvier 2012, de 5,5 % à 7 %.

Si la nécessité de redresser les finances publiques n’est pas discutable, ce n’est pas en fragilisant l’ensemble d’une filière, en risquant d’entraîner la fermeture de centaines de librairies et en détruisant de très nombreux emplois que cet objectif pourra être atteint. Lire la suite

Nouveau site nouveau blog

Le monde du livre est en mutation et ce serait une erreur de ne pas le considérer. Mais le cœur de notre métier reste le livre papier, sa mise en scène, sa lecture, sa critique. Lorsqu’on entre dans une librairie indépendante on y cherche du choix, mais aussi des conseils, personnalisés si possible. Si nous nous adaptons aux nouvelles technologies, nous souhaitons le faire avec nos particularités,  dont le conseil, et l’échange si possible. Ce sera en partie l’objet de ce blog : aux libraires de partager avec les lecteurs, et, nous l’espérons, réciproquement. Ainsi, si vous êtes client de la librairie, peut-être retrouverez-vous votre libraire préféré et construirez-vous ensemble votre bibliothèque idéale. Lire la suite