Exposition Sismikazot

Exposition Sismikazot

La vie va vite en vrai

Du 4  mai au 31 mai au café Côté Cour

Rencontre le jeudi 3 mai à 17h30, et vernissage à 19h.

 

«LA VIE VA VITE EN VRAI est un projet qui a vu le jour fin 2015. En résumé, cette aventure part d’une pratique propre au graffiti : le flop. Le flop est un graff composé de lettres arrondies, rapide à réaliser, généralement en 2 couleurs. Nos peintures sont réalisées dans des lieux abandonnés, que nous affectionnons particulièrement, couplées à une recherche graphique, photographique et colorimétrique.

Depuis nos débuts en 2007, le flop est une pratique que nous avons toujours travaillée, au même rythme que notre approche artistique en atelier et en fresques murales. C’est un tout que nous abordons avec la même sensibilité, les mêmes doutes et ce besoin constant de découverte de l’inconnu

Lire la suite

Pour Geneviève Brisac

Des livres, Geneviève Brisac en écrit, elle en a publié beaucoup, et elle en parle avec passion et connaissance ; son œuvre comme ses propos critiques explorent l’intime et les minuscules mouvements du monde .

J’ai rencontré Geneviève Brisac, voici pas mal d’années, dans le cadre de mon travail au rayon jeunesse de cette librairie : elle était alors l’éditrice des romans à l’École des loisirs (collections Mouche, Neuf et Médium). J’admirais la construction de son catalogue et aussi celui qu’elle avait créé précédemment pour la collection Page Blanche chez Gallimard jeunesse. J’attendais toujours avec impatience les nouveautés des auteurs qu’elle a découverts et fait connaître : Agnès Desarthe, Susie Morgenstern, Valérie Zenatti, Malika Ferdjoukh, Christophe Honoré, Olivier Adam… parmi tant d’autres (pardon pour tous ces noms que je ne peux citer in-extenso et qui nous ont régalés pendant plusieurs décennies …). Elle nous a également conduit à Aaron Appelfeld, comment pourrais-je ne pas le rappeler !

Lire la suite

Veille critique, censure, interdiction, autocensure ?

La littérature pour la jeunesse en France est depuis un bon demi-siècle (et reste) un domaine inventif, créatif, joyeux, ouvert sur le monde qui nous entoure et le questionnant sans cesse. Du moins une grande partie des éditrices et éditeurs s’efforce-t-elle de proposer des livres de cette sorte, de nature à permettre aux enfants et à ceux qui les accompagnent de se nourrir de toute la création mise à leur disposition. L’illustration, le texte, la documentation, la poésie, le théâtre se présentent sous des formes sans cesse renouvelées et propres à susciter l’éveil. Parfois à susciter le débat ou la critique et c’est bien normal !

Mais pourquoi aujourd’hui, ai-je le sentiment désagréable et inquiet que les livres pour enfants sont à nouveau l’objet de regards suspicieux, moralisateurs, et de volonté indéniable de censure ?

Illustration d’Anne Guillard

Lire la suite

Exposition Karine Bernadou

Karine Bernadou

Exposition de planches originales du roman graphique Azolla

du 11 avril au 3 mai au café Côté Cour, dans le cadre du festival Indélébile

Karine Bernadou est née en 1981. Elle est scénariste de bandes dessinées, autrice de bd et illustratrice. En 2006, elle a remporté le prix des jeunes talents au festival d’Angoulême.
Lire la suite

Un spectacle de Romeo Castellucci une nouvelle fois contesté

Les 10 et 11 avril dernier, au théâtre des Quinconces au Mans, le spectacle de Roméo Castellucci, Sur le concept du visage du fils de Dieu, depuis sa création en 2011, a dû être amputé d’une scène capitale. Pour la première fois depuis que ce spectacle a été créé en 2011, et après avoir été présenté dans de nombreux pays et dans de nombreuses villes de France, dont Toulouse, un Préfet de la République a décidé d’interdire l’emploi d’enfants dans ce spectacle, rendant de facto l’avant dernière séquence du spectacle injouable. Prise au nom de la protection des enfants (tous volontaires ainsi qu’évidemment leurs parents, et qui avaient été accompagnés dans cette démarche artistique, comme dans toutes les autres villes, par l’assistant de Roméo Castellucci), cette interdiction, tout à fait nouvelle pour ce spectacle, peut difficilement ne pas passer pour un geste de censure déguisée et une abdication devant les pressions des milieux extrémistes et intégristes.

Une interdiction qualifiée par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) de « censure ». La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a également condamné cette interdiction sur twitter, le 4 avril  : « Je rappelle mon attachement profond à la liberté de création et souhaite saluer le travail de l’artiste ainsi que les programmateurs qui ont permis la diffusion de son œuvre et le travail de pédagogie théâtrale réalisé auprès des enfants et familles. »

La pièce sera reprise cet automne à la Colline à Paris.

Arnaud Rykner, professeur à l’université Sorbonne nouvelle et membre de l’institut universitaire de France, a transmis à la librairie Ombres blanches une lettre ouverte au préfet de la Sarthe, que nous avons décidé de reproduire ci-dessous dans son intégralité.

Romeo Castellucci au Teatro Comunale di Bologna

Romeo Castellucci au Teatro Comunale di Bologna –  licence CC BY-SA 3.0

Lire la suite

Exposition de dessins originaux de Ronald Curchod

Au café Côté Cour du 19 mars au 10 avril

Exposition de dessins originaux de Ronald Curchod tirés de son deuxième album jeunesse, Le poisson paru aux éditions du Rouergue.

En silence, un enfant contemple la rivière avant de préparer avec minutie ses précieux appâts : des mouches. Pendant ce temps, un poisson fait des ronds dans l’eau et profite de sa liberté. Mais il finit par mordre à l’hameçon et l’enfant le ramène sur la berge. Après un long échange silencieux entre eux deux, le pêcheur à la mouche choisit de relâcher sa proie. Plaisir de redonner la liberté au poisson et désir de le pêcher à nouveau se joignent dans un même élan.

Lire la suite

Sauver Carmen

Sophie Rabau est enseignante-chercheuse en littérature générale et comparée à la Sorbonne, avec un sacré grain de folie, juste ce qu’il faut pour donner une autre lecture de la littérature. Le présent essai s’intéresse à la nouvelle de Prosper Mérimée, Carmen . Au terme de la nouvelle, Carmen, la bohémienne vénéneuse meurt poignardée par son amant Don José.

Lire la suite

Le prix Oedipe des libraires 2018

Le prix des libraires 2018 occupe une place particulière dans le champ des sciences sociales. Chaque année, depuis maintenant plus de huit ans, lecteurs et libraires choisissent un livre parmi une première liste de titres publiés au cours de l’année précédente, sans distinction sur le courant de la psychanalyse auquel il appartient.

Lire la suite

Exposition Disconnecting people par Julien Falsimagne

Au café Côté Cour du 5 mars au 24 mars

Exposition Disconnecting people par Julien Falsimagne

Vernissage vendredi 9 mars à 18h

exposition falsimagne disconnecting people ombres blanches

Fin 2014, le photographe Julien Falsimagne est parti travailler deux mois à Séoul en
Corée du Sud. Dès son premier trajet en métro, quel ne fut pas son étonnement face à
tous ces individus connectés à leurs écrans.
La première ligne de métro à Séoul date de 1974. Les lignes suivantes ont été inaugurées
à la fin des années 70 et dans les années 80, notamment en prévision des Jeux
olympiques d’été de 1988.

Lire la suite