Exposition Sismikazot

Exposition Sismikazot

La vie va vite en vrai

Du 4  mai au 31 mai au café Côté Cour

Rencontre le jeudi 3 mai à 17h30, et vernissage à 19h.

 

«LA VIE VA VITE EN VRAI est un projet qui a vu le jour fin 2015. En résumé, cette aventure part d’une pratique propre au graffiti : le flop. Le flop est un graff composé de lettres arrondies, rapide à réaliser, généralement en 2 couleurs. Nos peintures sont réalisées dans des lieux abandonnés, que nous affectionnons particulièrement, couplées à une recherche graphique, photographique et colorimétrique.

Depuis nos débuts en 2007, le flop est une pratique que nous avons toujours travaillée, au même rythme que notre approche artistique en atelier et en fresques murales. C’est un tout que nous abordons avec la même sensibilité, les mêmes doutes et ce besoin constant de découverte de l’inconnu

Lire la suite

Exposition Karine Bernadou

Karine Bernadou

Exposition de planches originales du roman graphique Azolla

du 11 avril au 3 mai au café Côté Cour, dans le cadre du festival Indélébile

Karine Bernadou est née en 1981. Elle est scénariste de bandes dessinées, autrice de bd et illustratrice. En 2006, elle a remporté le prix des jeunes talents au festival d’Angoulême.
Lire la suite

Exposition de dessins originaux de Ronald Curchod

Au café Côté Cour du 19 mars au 10 avril

Exposition de dessins originaux de Ronald Curchod tirés de son deuxième album jeunesse, Le poisson paru aux éditions du Rouergue.

En silence, un enfant contemple la rivière avant de préparer avec minutie ses précieux appâts : des mouches. Pendant ce temps, un poisson fait des ronds dans l’eau et profite de sa liberté. Mais il finit par mordre à l’hameçon et l’enfant le ramène sur la berge. Après un long échange silencieux entre eux deux, le pêcheur à la mouche choisit de relâcher sa proie. Plaisir de redonner la liberté au poisson et désir de le pêcher à nouveau se joignent dans un même élan.

Lire la suite

Exposition Disconnecting people par Julien Falsimagne

Au café Côté Cour du 5 mars au 24 mars

Exposition Disconnecting people par Julien Falsimagne

Vernissage vendredi 9 mars à 18h

exposition falsimagne disconnecting people ombres blanches

Fin 2014, le photographe Julien Falsimagne est parti travailler deux mois à Séoul en
Corée du Sud. Dès son premier trajet en métro, quel ne fut pas son étonnement face à
tous ces individus connectés à leurs écrans.
La première ligne de métro à Séoul date de 1974. Les lignes suivantes ont été inaugurées
à la fin des années 70 et dans les années 80, notamment en prévision des Jeux
olympiques d’été de 1988.

Lire la suite

Photographies d’Emmanuel Darley

Exposition Trouver une forme poétique pour se raconter du lundi 12 février au samedi 3 mars au café Côté Cour

Photographies d’Emmanuel Darley – Vernissage mardi 20 février à 18h à la librairie suivi d’une lecture à 19h30 à la Cave Poésie

«Quand on me demande ce qu’il faut pour « faire » écrivain, je dis ça : être toujours œil et oreille ouverts. Regarder autour de soi, regarder les gens, tous les gens, et puis tendre l’oreille. Écouter ce qui se dit. Comment ça se dit. Écouter le banal; le répété, écouter les petites histoires de tous, écouter ce qui entre les lignes affleure. Se dit discret.»

Lire la suite

Le livre d’artiste avec Quentin Jouret

« Dire, lire et montrer » par Quentin Jouret

Pour la quatrième année consécutive Quentin Jouret, enseignant à l’isdaT (Beaux-Arts de Toulouse) et responsable des éditions autrechose propose un cycle de conférence autour des pratiques contemporaines du livre d’artiste. 

Le livre comme médium, loin de s’épuiser face aux développements de nouvelles technologies, ne cesse de s’inventer (et de se réinventer) au gré des époques et des contextes.  Cette année, les trois conférences porteront sur des publications récentes, prouvant une fois encore la dynamique du champ éditorial dans le domaine de l’art et de la poésie contemporaine. Le cycle de cette année portera plus spécifiquement sur les rapports texte/image au sein du livre d’artiste.

Lire la suite

Katy Couprie à Ombres blanches !

Rencontre avec Katy Couprie le mercredi 7 février à 17h autour de l’ensemble de son œuvre et de sa démarche artistique, suivi d’une séance de dédicaces au rayon jeunesse. Canopé Toulouse a également le plaisir et l’honneur d’accueillir une exposition de ses œuvres du 22 janvier au 9 février. La rencontre est organisée en lien avec le CRL et Canopé Toulouse 31.

Lire la suite

Histoires Peintes

La librairie Ombres Blanches et Blaise Cotte ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition «Histoires Peintes», le vendredi 26 janvier 2018 au Café Coté Cour à 18h, 5 rue des Gestes 31000 Toulouse.

«Histoires Peintes» est une exposition monographique du peintre Blaise Cotte, issue d’une sélection de toiles -huiles et acryliques- singulières et imaginaires, présentées au mois de janvier à la librairie Ombres Blanches.

Lire la suite

Exposition Réquisition Abbé Pierre

Au café Côté Cour du 2 au 22 janvier : Exposition Réquisition Abbé Pierre.
À l’occasion de la représentation de la pièce Migraaaants
de Matei Visniec du 11 au 13 janvier au Théâtre du Pavé.
Vernissage-rencontre mercredi 10 janvier à 18h à la librairie.

«Autodidacte, je photographie depuis 2012. La photographie, dans sa dimension sociale, m’est d’emblée apparue comme le prolongement de mon travail philosophique. Si la philosophie sociale se donne notamment pour tâche de diagnostiquer ce qui ne va pas dans ce qui est, le rôle de la photographie sociale est en particulier de montrer ce qui ne va pas, de faire voir ce que nous ne voyons plus ou qui est hors de portée de notre regard. En cela, la photographie sociale, comme la philosophie sociale, s’efforce de contribuer à la transformation de la réalité sociale existante. Lire la suite

Entretien avec Galin Stoev

Entretien avec Galin Stoev, metteur en scène et directeur du
Théâtre National de Toulouse

Pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours depuis Sofia, en Bulgarie, où vous êtes né ?

Je suis né en Bulgarie, puis j’ai grandi à Moscou jusqu’à mes 7 ans, je suis ensuite revenu en Bulgarie où j’ai fait mes études à l’Académie Nationale de Théâtre de Sofia. Je fais partie de cette génération qui a commencé à travailler tout de suite après la chute du mur de Berlin. C’était vraiment un grand bouleversement dans la société. Esthétiquement, beaucoup de choses ont changé dans le théâtre et toutes les institutions avaient besoin de sang neuf. Les portes des théâtres nationaux se sont ouvertes. Ma génération était là et, très vite, nous avons commencé à travailler dans des grands théâtres. Lire la suite