Archéologie visionnaire

Je ne sais dans quelle mesure, en 1985, il était établi que toutes nos données écrites, parlées ou chantées, photographiées ou filmées, toutes nos archives, quel que soit leur support, allaient être inexorablement transmises par des fibres optiques et traduites en code binaire, que tous nos différents médias, tous nos divers supports et lecteurs de données, allaient inévitablement se résoudre en un seul, les intégrant tous, ordinateurs, tablettes ou smartphones. Mais la manière dont le théoricien des médias Friedrich Kittler (1943-2011) l’affirme dans son introduction, écrite donc au milieu des années 1980, offre à son ouvrage une tonalité visionnaire dont la suite du propos ne fera que confirmer le vertige initial.

Friedrich Kittler en 2009

Lire la suite

Une introduction à la métaphysique

Adrien, libraire au rayon sciences humaines, vous propose avec ce court texte une introduction à la métaphysique, discipline philosophique très ancienne qui a beaucoup évolué au cours des siècles et connaît actuellement un regain d’intérêt.

René Descartes par (1596-1650) par Alexandre Baudran et Claude Jacquand.

Lire la suite

Sources vives

Après avoir publié faisaient paraître un volume consacré aux écrits d’Aby Warburg à Rome, ville dans laquelle l’historien de l’art a passé les deux dernières années de sa vie, les éditions L’écarquillé ont publié en 2012 L’Atlas mnémosyne, important corpus d’images, créé entre les années 1921 et 1929. Une conception stoppée par la mort soudaine de son auteur en octobre 1929.

Atlas Mnemosyne d’Aby Warburg

Lire la suite

Le Mahabharata, plus grand poème jamais composé par l’homme

C’est vraisemblablement le plus grand poème jamais composé (il compte environ 200 000 vers, l’édition critique de Pune comprend 13 000 pages réparties en 19 livres). La date de rédaction est incertaine, entre le IVe siècle avant notre ère et le IVe siècle après. Comme pour l’Iliade et l’Odyssée, l’existence de son auteur supposé, ici le légendaire Vyasa, le « compilateur », est sujette à controverse : n’a-t-il pas fallu des générations et des générations de rhapsodes et d’ingénieux poètes ou bien des réunions concertées d’astucieux brahmanes pour faire naître une telle épopée ? Mais comme Homère, la cohérence de l’architecture d’ensemble, l’empreinte très caractéristique d’une langue et d’un certain regard porté sur les choses, peuvent plaider en faveur d’un seul individu à l’origine de l’œuvre.

Lire la suite