30 ans des Éditions de l’Olivier – Jean-Hubert Gailliot & Richard Ford

Cette proposition bibliographique a été réalisée par les libraires du rayon littérature de la librairie Ombres Blanches, à l’occasion des 30 ans des éditions de l’Olivier. 

JEAN-HUBERT GAILLIOT

Né en 1961, cofondateur des Éditions Tristram en 1987, Jean-Hubert Gailliot est l’auteur de plusieurs romans, tous parus aux Éditions de l’Olivier, dont Le Soleil, qui a reçu en 2014 le prix Wepler.

Actions spéciales


Le Rintintin, Louise, Kepler et Natsumi les quatre héros du roman sont liés par une amitié à toute épreuve. Depuis vingt ans ils vivent à Cadaquès en marge des conventions et des règles de la société.

Libertaires chics, Ils ont un charme fou, de la classe, du talent et rien ne les empêche d’assouvir leur inextinguible soif de liberté. Quand débute ce roman d’aventure, qui est aussi un bel hommage au cinéma de genre, c’est une opération de grande envergure qu’ils projettent d’accomplir. Actions spéciales est un roman piège, brillant et audacieux dans lequel le lecteur intrigué et fasciné à la fois se retrouve comme pris au piège dans une machination infernale.

Une rencontre-dédicace avec Jean-Hubert Gailliot est prévue à la librairie le samedi 18 septembre à 17h.

RICHARD FORD

Couronné de prix littéraires dans le monde entier dont le prix Pulitzer, le PEN/Faulkner Award et le prix Fémina étranger, Richard Ford est un des derniers géants des lettres américaines. Il est l’auteur entre autres de Canada, Une saison ardente, Un week-end dans le Michigan, Indépendance

La rencontre avec Richard Ford prévue le 17 septembre à 18h est annulée, en raison des contraintes liées aux déplacements posées par les États-Unis. Cette dernière est remplacée par un entretien avec Olivier Cohen, fondateur et directeur des éditions de l’Olivier, organisé à l’occasion des 30 ans de la maison d’édition.

 

Indépendance


Grand roman de l’Amérique au tournant du XXe siècle, Indépendance est un
livre très ambitieux, dans la grande tradition de ces romans qui, par leur ampleur dépeignent tout un monde.
Violent et intime, comique et tragique, sensible et futile, flot ininterrompu de mots, mêlant les lieux, les situations, les personnages, ce roman est un fleuve.

 

Rien à déclarer


À Dublin, Paris, New York ou dans le Michigan, des Américains et des Irlandais sur le second versant de leur vie se penchent sur leur passé. Comme Jonathan Bell, Ricky Grace et les autres, tous sont confrontés à une forme de solitude, de dépaysement ou simplement de rupture. Richard Ford les observe. Non sans une certaine ironie, il décrit leurs doutes et leur inconfort, met en scène leurs désarrois et recueille leurs confidences. Dix admirables nouvelles où la nostalgie l’emporte toujours sur l’amertume, quand la petite musique des regrets joue en sourdine. Un livre sensible et cruel, du côté de James Salter et d’Ernest Hemingway.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *