Jean-Baptiste Del Amo / Le Règne animal / Gallimard

Ce qui est en jeu dans le quatrième roman de Jean-Baptiste Del Amo pourrait être la violence du monde. Pour la mettre en jeu, le romancier a recours au milieu le plus approprié, la famille. Il choisit de créer une famille née de « presque rien », autre qu’un pur amour aux bords de l’inceste (une union entre cousins), et dont la descendance va assumer dans le silence et dans l’oubli cette origine brutale, aux confins de la sauvagerie. A ce banquet des passions sont conviés la tragédie antique, méditerranéenne, un panthéisme ravivé par la proximité de la nature et des animaux, la Bible et ses figures fondatrices, pères, mères, frères, Caïn et Abel, les Évangiles et leur « supplément » apocalyptique, la religion catholique et son cortège de règles, de fautes, de contrition.

frans-post-3164744-jpg_2818604_630x274

Jean-Baptiste Del Amo déploie dans ce Règne animal sa science des personnages, pris dans le monde des campagnes agricoles, au début du siècle précédent, au moment du basculement de la civilisation rurale. Il nous invite à comprendre que nous vivons encore les conséquences de cette évolution historique et sociale, mais c’est surtout par la mise en tension de ce monde ancien et de l’histoire de la nation et de l’Europe que ses personnages vont évoluer et accélérer la mutation de leur univers. L’écrivain écarte délibérément le mode de l’épopée, l’image panoramique, et choisit un cadre resserré, avec peu de personnages, pour mieux faire ressentir le poids du destin, du fatum. Dans les deux premières parties du roman, va surgir l’héritage des violences subies. De la guerre de 14-18, aucun bruit ne vient troubler le silence de la ferme, où déjà le lien qui unit une mère et sa fille est fait de ressentiment, de haine, d’absence. Rien non plus, entre l’homme et la femme d’où va procéder la lignée, aucune marque d’affection, aucun sentiment ne trouvera place pour apaiser les conséquences de la guerre, la mutilation, la « meurtritude », la douleur. Les gueules sont cassées, les têtes aussi, les cœurs avec.

vlcsnap-2014-05-27-15h54m13s161

Après ce long prologue qui ouvre le siècle, rien ne vient faire le récit d’une transformation d’un monde clos et « arriéré » en réussite économique. Nous sautons plus d’un demi-siècle. Le roman nous installe, pour un nouvel et dernier épisode, en 1981. On comprendra, incidemment, que la nouvelle donne procède d’un certain miracle et d’intuitions, tout comme d’une ambition et d’un certain orgueil, on dirait (peut-être) d’une « résilience ». L’ancêtre aura installé sa descendance dans l’héritage d’un mode rentable de production, un élevage de porcs.

Le « règne animal » est ici fait de reproduction, d’insémination, de verrats et de truies, de fœtus et de fausses couches. Aux humeurs nombreuses des pages des premiers chapitres, sueur, sang, sperme, urine, bile, crasse, succèdent ici les excréments les déjections, les résidus, la fange. La soue devient l’image d’un monde qui n’a pas cessé de se décomposer, en dépit des apparences. Les membres de la famille, trois hommes, trois femmes, quatre enfants, « quatre générations sous un même toit », se débattent sous l’œil du lecteur, dans un univers irrésistiblement anomique. La nature, particulièrement microbienne, y prendra le dessus, la maladie ne s’y logera pas que dans les âmes.

chasse_au_tigre

De cette nature, il peut pourtant être conçu un voisinage moins violent, accepté dans ses différences et dans ses mystères. Seul l’enfant « différent », le merveilleux idiot dont on ignore la maladie, mais qui a comme fait vœu de se taire, contre ceux qui ne cessent de brandir entre eux des silences bruyants et violents, seul l’enfant entend la nature et ses lois, sans les interpréter. Il se rapprochera de l’aïeule, la « sorcière » qui porte la lignée. La parenthèse porcine peut se fermer, la campagne reprendre ses droits sur les errements de l’homme, le règne animal à s’y rétablir.

Nous recevrons Jean-Baptiste Del Amo à la librairie le vendredi 14 octobre à 18h

Retrouvez les livres de la rentrée littéraire 2016 et les conseils des libraires ici

del-amo-rc3a8gne-animal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *