LES AMÉRIQUES : LE SUD

La littérature des États-unis ne se résume pas, heureusement, à New York ou la côte Est. Ce pays qui a la taille d’un continent à su attirer au cours de son histoire pionniers et aventuriers en tout genre qui sont partis explorer en même temps les territoires du grand Ouest mais aussi du Sud.

Toutefois, la littérature du sud des États-Unis, de la Caroline du sud au Texas en passant par la Floride et le Mississippi, est d’une très grande variété de tons et de formes. On pense bien entendu à des classiques comme Autant en emporte le vent de Margaret Mitchell ou Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain.

Voici un petit aperçu de quelques grandes voix …


 brigandLe brigand bien aimé
Eudora Welty, Cambourakis, 2014

Il était une fois en Amérique : la piste de Natchez, cet ancien tracé de bisons pareil à un tunnel serpentant sous le toit des forêts vierges du Mississippi, ses chevaucheurs de six pieds six pouces, ses voyageurs, ses trappeurs, leurs visages barbouillés de baies écrasées, ses Indiens tapis derrière les buissons… En ces temps primordiaux, les corbeaux savaient dire : « Retourne-t’en mon cœur, rentre à la maison », et les hérons, couleur de verre de Venise, avaient un goût aussi sauvage qu’une poire sauvage. Au fond des bois, au milieu des chênes verts, des cèdres et des magnolias vivaient Clément Musgrove, planteur innocent, sa fille Rosamonde, belle comme le jour, une marâtre, laide comme la nuit, et Jamie Lockhart, le brigand bien-aimé – le Räuberbräutigam des frères Grimm – de ce conte de fées iconoclaste, drolatique et chatoyant comme une plume de paon.

ÉCOUTER LA LECTURE DE NATHALIE VINOT



coeur
Le cœur est un chasseur solitaire

Carson McCullers, Stock, 2007

De ce roman foisonnant de personnages se détache la figure adolescente de Mick, qui ressemble étrangement à Carson McCullers. Pauvre, passionnée de musique, elle rôde dans les cours des immeubles pour surprendre les accents d’une symphonie qui s’échappent d’un poste de TSF : cette musique ressemblait parfois à de petits morceaux de cristal colorés et, quelquefois, c’était la chose la plus douce, la plus triste que l’on pût imaginer.

Mick et bien d’autres personnages s’entrecroisent dans ce roman qui emprunte ses décors au Sud des États-Unis où vécut Carson McCullers dans l’immédiat avant-guerre. Elle avait vingt-deux ans quand elle publia ce premier livre, qui est sans doute son chef-d’œuvre.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marie-Madeleine Fayet

⇒ ÉCOUTER LA LECTURE DE NATHALIE VINOT


 

morisson

Beloved
Toni Morrison, 10/18, 2008

Inspiré d’un fait-divers survenu en 1856, Beloved exhume l’horreur et la folie d’un passé douloureux. Sethe est une ancienne esclave qui, au nom de l’amour et de la liberté, a tué l’enfant qu’elle chérissait pour ne pas la voir vivre l’expérience avilissante de la servitude. Quelques années plus tard, le fantôme de Beloved, la petite fille disparue, revient douloureusement hanter sa mère coupable. Loin de tous les clichés, Toni Morrison ranime la mémoire, exorcise le passé et transcende la douleur des opprimés.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Hortense Chabrier et Sylviane Rué

ÉCOUTER LA LECTURE DE NATHALIE VINOT



faulknerSi je t’oublie, Jérusalem

William Faulkner, Gallimard, 2001

C’est le roman de Faulkner où la souffrance atteint peut-être sa plus grande intensité : l’histoire tragique des deux amants est l’une des plus douloureuses qu’il ait écrites, et la mort de Charlotte Rittenmeyer, « le personnage féminin le plus déchirant de Faulkner », devient un récit poignant…

Le titre est tiré d’un psaume qui rappelle la captivité des Juifs à Babylone. Ce thème de la captivité, de la privation de liberté, littérale ou métaphorique, est central dans le roman.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Maurice-Edgar Coindreau et révisé par François Pitavy.

⇒ ÉCOUTER LA LECTURE DE NATHALIE VINOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *