L’Histoire à venir… En commun

L’HISTOIRE À VENIR

3e ÉDITION : EN COMMUN – 23 MAI > 26 MAI 2019

85 ÉVÉNEMENTS – CONFÉRENCES, DÉBATS, ATELIERS PARTICIPATIFS, PERFORMANCES

Après le succès des deux premières éditions, L’histoire à venir est de retour à Toulouse. Le festival – créé en 2017 à l’initiative de la librairie Ombres Blanches, du théâtre Garonne, de l’université de Toulouse et des éditions Anacharsis – a l’ambition de montrer que l’histoire, loin d’être un récit figé et nostalgique, est une discipline vivante qui permet de mettre en perspective les débats du passé et les possibles de l’avenir, tout en nous aidant à comprendre les enjeux des débats contemporains.

Le festival se construit autour de nombreux événements, et autant de formats : tables rondes, débats, conférences, ateliers, promenades ou spectacles.

Le thème de la troisième édition, « En commun », interroge les nombreuses définitions du « commun », de ce que nous partageons, de ce que nous possédons collectivement, de ce qui nous unit, de ce qui nous permet de vivre ensemble et de construire la société à laquelle nous appartenons.

Nos deux thématiques pérennes, « Histoire et démocratie » et « Écrire l’histoire », ainsi que des rencontres avec les auteur·e·s des ouvrages qui marquent l’actualité éditoriale permettent d’aborder de nombreuses questions qui traversent l’historiographie et les sciences sociales contemporaines : fiscalité, écologie, solidarité, Internet, frontières, récit… autant de thèmes essentiels pour participer au débat démocratique et agir sur le monde qui nous entoure.

TOUTE LA PROGRAMMATION

DÉCOUVREZ LES SÉLECTIONS DES LIBRAIRES

SOUTENEZ LE FESTIVAL SUR HELLOASSO

Nous avons choisi de ne pas faire payer l’entrée des différentes manifestations. Cela ne signifie pas que la production du savoir, la diffusion des connaissances et la culture sont gratuites. Elles ont un coût qu’il faut assumer collectivement, mais personne ne doit être empêché d’y accéder pour des raisons financières. S’il est de la responsabilité des institutions publiques, de l’université, des collectivités territoriales, des bibliothèques, des associations, comme des chercheurs, éditeurs, libraires, théâtres, de concourir à cette accessibilité (tous les intervenants participent de manière bénévole, comme de nombreux membres de l’équipe organisatrice et l’ensemble des bénévoles), il est aussi de notre responsabilité collective de la rendre possible.

Cette participation est essentielle : c’est ce qui permettra la pérennisation de L’histoire à
venir à Toulouse.
Des urnes seront placées à l’entrée les lieux où se dérouleront les événements. Chacun est libre de donner ce qu’il veut, en fonction de ses moyens et de ce qu’il estime être la valeur des rencontres auxquelles il a participé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *