La part méconnue de Tomi Ungerer

L’œuvre de Tomi Ungerer est très connue en France ,surtout la partie qui s’adresse aux jeunes. Les Trois Brigands, Otto, Jean de la Lune etc… et aussi l’irrésistible Pas de baiser pour maman, tous ces livres sont lus et relus par des générations de lectrices et lecteurs depuis les années soixante-dix, date des premières éditions des Trois Brigands. Nous ne pouvons que nous en réjouir, tant ces livres sont intelligents, drôles, souvent, et toujours émouvants, iconoclastes et beaux !

Tomi Ungerer par Claude Truong-Ngoc, Strasbourg, 2014. Licence CC-By-SA.

Mais son œuvre « pour adultes » est tout aussi intéressante, quoique moins fréquentée, hélas. Le musée qui est consacré à l’ensemble du travail de Ungerer à Strasbourg témoigne de sa vivacité, de sa diversité et de sa longévité.Les éditions Les Cahiers Dessinés viennent de publier deux livres très fournis et remarquablement réalisés, qui montrent l’engagement de l’auteur à travers dessins et peintures.

In Extremis témoigne du mordant de Ungerer en matière de satire sociale : la guerre, beaucoup, mais aussi la pauvreté ,les inégalités sociales…sont des sujets abordés sans filtre, via des images frappantes : vous en reconnaîtrez quelques unes sans difficulté.

The Party dénonce  les travers des milieux élitistes de la politique, de la finance, de l’édition, de la presse et de la publicité new-yorkais. Ungerer s’y montre féroce et mordant, absolument de parti pris et nos rires sont parfois un peu coincés et sombres !

Deux très beaux livres pour regarder le monde avec lucidité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *