L’expérience amoureuse dans la modernité

À propos du livre d’Eva Illouz, Pourquoi l’amour fait mal ?, Points, 2014.

Eva Illouz nous invite à penser l’évolution du sentiment amoureux dans la modernité. Pourquoi continuons nous de souffrir en amour alors que les obstacles dus à la classe ou à la famille ont aujourd’hui presque disparus ? Nous pourrions a priori désirer et s’engager avec qui nous voulons dans les conditions que nous voulons… Ce livre suggère que l’organisation sociale de la souffrance amoureuse a profondément changé et se propose de comprendre la nature de cette transformation à travers l’étude de trois changements intervenus dans la structure du moi : la dérégulation normative du mode d’évaluation des partenaires potentiels (hors des normes de groupes et des cadres communs), une tendance croissante à envisager le partenaire sexuel et amoureux simultanément en termes psychologiques et sexuels, et l’apparition de champs sexuels, le fait que la sexualité joue en tant que telle un rôle de plus en plus important dans la compétition entre acteurs sur le marché du mariage.

Elle explique aussi d’où vient cette souffrance psychique, à la fois influencée par les idéaux et les attentes et par notre incapacité à lui donner sens.

L’autrice définit la modernité et en quoi elle a pu perturber les échanges entre les individus. Elle s’appuie sur les œuvres célèbres de Jane Austen pour expliquer l’évolution du principe matrimonial, à cette époque régi par des considérations de classe plus que par le désir brut. Aujourd’hui l’engagement ne précède pas mais succède aux émotions éprouvées par le sujet, émotions qui devient la motivation de l’engagement. C’est ainsi que toutes nos interrogations prennent vie. Un régime d’authenticité émotionnelle envahit les rapports amoureux modernes, l’authenticité exige des acteurs qu’ils connaissent et agissent selon leurs sentiments pour en faire les piliers de leur relation. L’intensité et l’irrationalité des sentiments deviennent un indice de l’authenticité.

Un autre parti pris de cet ouvrage consiste à traiter de la condition amoureuse plus nettement du point de vue des femmes et plus particulièrement celles qui optent pour le mariage, la procréation et les modes de vie de classes moyennes.

La sociologue parle aussi de féminisme car elle reconnait que le libre marché des rencontres sexuelles ainsi que les aspirations et positionnements des femmes sur ce marché contribuent à la création de nouvelles formes de domination affective des femmes pour les hommes.

Eva Illouz n’ignore pas non plus que la liberté sexuelle et affective a produit ses propres formes de souffrances. En effet elle ne diffère pas de la liberté économique en ce qu’elle organise, encadre et légitime des inégalités.

Un ouvrage très complet et absolument passionnant.

Découvrir le livre sur Ombres-blanches.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *