La rentrée littéraire : « La cache » – Christophe Boltanski

Dans La cache, édité chez Stock, Christophe Boltanski compose un tableau de famille profond et délicat. C’est un premier roman que l’on a beaucoup aimé.

Le sens de la mémoire, de la conservation du souvenir, le défi à l’oubli, sont au cœur de ce très beau livre. Il réussit de manière assez remarquable à parler de l’histoire de sa famille en croisant les époques anciennes (celle de ses grands-parents, époque déjà presque légendaire), à des souvenirs d’un passé plus récent (celui de son enfance), avec le temps du moment.

Ce roman est fluide et précis, rempli de joie, de tendresse, d’incertitude et de doute. Le point de départ est « la » maison de la rue de Grenelle dans le XIVème arrondissement de Paris. C’est la scène, c’est le décor, qui ne varie pas beaucoup avec le temps. Il y a des cartons, des meubles utilisés à contre-emploi, des spectacles d’ombres qui se jouent un peu partout. Nous progressons dans cette maison par une localisation et par un glissement d’une pièce à une autre. « La maison » de la rue de Grenelle est le lieu où réside la mémoire de la famille. Une mémoire repliée sur elle-même. C’est un lieu de protection. La grand-mère paternelle, Marie Elise, est la figure centrale du livre : c’est une dame très volontaire et très déterminée à garder les siens auprès d’elle, c’est à dire ses trois fils ; Luc, Christian, Jean Eli, et sa fille, Anne, et elle veille sur eux au quotidien, heure par heure. Le mari de Marie Elise, Etienne, est né en 1896 de parents émigrés d’Odessa. Devenu médecin, il sera la victime de l’antisémitisme et se cachera pendant 20 mois dans un entre deux de la rue de Grenelle. Dans ce microcosme, le bortsch ou le samovar vient parfois rappeler un climat ancien.

Christophe Boltanski établit des correspondances entre les membres de sa famille et rejoue sa mémoire dans un roman dont on vous recommande chaudement la lecture.

Bonnes lectures.

La cache

Christophe Boltanski, La cache – Éditions Stock – 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *