LIVRES À OFFRIR (2) – Littérature française et étrangère

Noël approche, et avec, son lot de cadeaux et de surprises. Pour vous donner quelques idées, les libraires d’Ombres Blanches vous proposent de découvrir ici leurs sélections de LIVRES À OFFRIR. De quoi combler d’éventuelles pannes d’inspiration.

Des livres pour tous les âges et pour tous les goûts, des livres dans tous les domaines, des livres dans tous les formats, vous trouverez forcément votre bonheur.

Cette semaine, des idées cadeaux au rayon littérature :

  • De la littérature française :

Ah ! ça ira...

Ah ! ça ira… – Denis Lachaud – Actes Sud – 2015

« Sur le bord du trottoir, dans la fraîcheur de l’aube, il attend. Près de lui ses compagnons d’armes, visage fermé, silencieux. Dans un instant ces hommes seront des assassins, des terroristes, ils vont agir sans le moindre état d’âme. Ils sont entraînés à cela, repérés pour cette capacité de se placer instantanément en état de guerre. […] »

 

La fille de mon meilleur ami

La fille de mon meilleur ami – Yves Ravey – Minuit – 2014

« Avant de mourir à l’hôpital militaire de Montauban, Louis m’a révélé l’existence de sa fille Mathilde dont il avait perdu la trace. Il savait seulement qu’elle avait passé des années en asile psychiatrique et qu’on lui avait retiré la garde de son enfant.
Il m’a alors demandé de la retrouver. Et j’ai promis. Sans illusion. Mais j’ai promis. Et c’est bien par elle que tout a commencé.[…] »

La carte des Mendelssohn

La carte des Mendelssohn – Diane Meur – Sabine Wespieser – 2015

« Je savais que Felix Mendelssohn le compositeur (1809-1847) était le petit-fils de Moses Mendelssohn le philosophe (1729-1786), et longtemps je n’en ai pas pensé grand-chose. Un jour pourtant, j’ai pensé à l’homme qui avait été le père du premier et le fils du second. Quel merveilleux sujet de roman, m’étais-je dit alors. » Diane Meur

Princesse vieille reine

Princesse vieille reine – Pascal Quignard – Galilée – 2015

« Princesse, vieille reine, tel est le destin des femmes.
Cinq contes.
Cinq merveilleuses robes : une longue tunique franque, une robe de soie de Chine longue et souple, un kimono japonais tout raide, un manteau de fourrure immense, une robe à crinoline Napoléon III. […] »

 

  • De la littérature étrangère :

Le dernier bateau – Siegfried Lenz – Robert Laffont – 2010Le dernier bateau

« Arne, douze ans, a perdu ses parents et ses soeurs. Il est recueilli par un ami de son père, responsable d’un chantier de démolition navale dans le port de Hambourg où l’on découpe les bateaux mis au rebut, et où le moindre élément encore utilisable semble avoir sa propre histoire, qui parle d’océan et de pays étrangers. […] »

Ceux du nord-ouest

Ceux du nord-ouest – Zadie Smith – Gallimard – 2015

« Avec Ceux du Nord-Ouest, Zadie Smith s’empare des pensées, des souvenirs de ses personnages, pour dresser un portrait impressionniste du quartier de son enfance, à la manière d’une Virginia Woolf du XXIe siècle. […] »

 

D’autres gens – Martin Amis – LGF – 2015 D'autres gens

« Voici une confession. Elle sera brève. Je ne voulais pas avoir à lui faire ça. J’aurais infiniment préféré une autre solution. Enfin, c’est comme ça. » Martin Amis

 

L’intérêt de l’enfant – Ian McEwan – Gallimard – 2015L'intérêt de l'enfant

« Dans ce court roman, Ian McEwan allie avec justesse la froideur de la justice à la poésie et à la musicalité qui imprègnent la vie des personnages. Dans un style limpide, il construit une de ces ambiances oppressantes dont il a la clé et fait preuve d’une complexité thématique impressionnante. À la lecture, les certitudes se dérobent : où s’arrête et où commence l’intérêt de l’enfant ? […] »

Fable d’amour – Antonio Moresco – Verdier – 2015Fable d'amour

« Dans ce roman sont présents la cruauté et la douceur, la désolation et l’enchantement, la réalité et le rêve, la vie et la mort, qu’on ne peut séparer si l’on veut parler véritablement et profondément de l’amour. Il en résulte une vision extrême et une méditation inactuelle sur l’amour, qui ne cache rien de ses vérités féroces mais suggère une invention possible de la vie au milieu de toute l’obscurité qui nous entoure. » Antonio Moresco

La mouette au sang bleu – Iouri Bouïda – Gallimard – 2015La mouette au sang bleu

« Pour certains lecteurs, dont je suis, ce qui fait la beauté d’un texte littéraire, c’est une certaine qualité de transparence qui permet de retrouver un souvenir, un sentiment. Si je donne certains noms d’écrivains, c’est pour rendre hommage aux charmes qu’ils ont exercé sur moi : Bruno Schultz, Max Blecher, Yvan Bounine, Anton Tchekhov, Isaac Babel, Siegried Lenz, Sebald… Aujourd’hui, il y a un écrivain russe qui s’appelle Iouri Bouïda, qui possède cette prose assez légère mais aussi assez puissante pour amener son lecteur dans ces zones mouvantes. Iouri Bouïda est un conteur, un raconteur d’histoire merveilleux et son roman, La mouette au sang bleu, est une des choses les plus belle que j’ai eu à lire ces derniers temps. Son écriture est suffisamment lumineuse et labyrinthique pour nous égarer et nous émerveiller. Progressivement, on découvre un décor et des histoires qui se rapportent à d’autres histoires dans un temps qui s’étire comme une matière bizarre. Et tout est permis et tout semble vraisemblable car ces histoires fabriquent une chose qui avance et qui nous rends plus sensible au monde. Iouri Bouïda est traduit par Sophie Benech et elle sait dire merveilleusement toutes ces petites choses qui font de ce livre un grand et beau roman.«  Thomas, libraire au rayon littérature

Le bracelet de grenats – Alexandre Kouprine – Sillage – 2014Le bracelet de grenats

« Le Bracelet de grenats ne raconte pas seulement une histoire d’amour impossible, presque risible tant elle est touchante ; c’est aussi le portrait subtil d’une aristocratie dŽéclinante.[…] »

 

 

Guerre & guerre

Guerre & guerre – László Krasznahorkai – Actes Sud – 2015

« Ce roman magistral publié en 1999 mêle plusieurs strates narratives et temporelles pour entrelacer l’itinéraire de Korim, archiviste hongrois en proie à une radicale crise spirituelle confinant à une forme de folie, et le contenu d’un mystérieux manuscrit dont il cherche obsessionnellement à délivrer le message. Une puissante oeuvre labyrinthique empreinte d’un inconsolable chagrin métaphysique.[…] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *